La Wehrmacht sur la Côte Basque et le Sud des Landes entre 1940 et 1944

05 février 2017

Contis Ba 01a (dit: "Le Royaume des canons")

Son immatriculation qui pourrait laisser penser que cette position est rattachée au bunker Nord (Ba01), cette position est en fait rattachée aux structures de Ba02. La zone Ba01a s’étend du poste de secours actuel jusqu’aux dernières maisons situées au Nord de Contis.

Cette position est équipée de 4 canons Flak de 88mm S.K.C. 35 dont le rayon de tir s’étend à 14 kilomètres au large de Contis et couvrant Mimizan au Nord jusqu’à la plage de Yons au Sud. Les canons sont positionnés dans des encuvements, sur des plateformes octogonales en béton armé. Les murs de soutènement des encuvements sont en planches de bois. Deux principaux stocks de munitions existaient en pied de dune, mais il est toutefois possible que les encuvements possèdent eux aussi leurs propres soutes bétonnées de stockage.

Ba 01 canons Flak de 88mm S

Éléments structurels de la position Ba01a :

  •  4 canons 8,8cm S.K.C./35  en encuvement.
  • Un projet de bunker M262 avec forage d’alimentation en eau.
  • 1 forage de captation d’eau potable (20m).
  • 1 abri bétonné en fondation et couvert de tôle métro pour le forage.
  • 4 projets d’abris bétonnés en fondation et couvert de tôle métro pour la citerne d’eau.
  • 4 projets de citernes d’eau potable de 1700L modèle Trink-Wasser raccordée au forage.
  • 2 pompes à eau.
  • 1 garage de plage (usage non déterminé).

Position des canons Flak 88mm à Contis, vue du phare:

Position des canons Flak 88mm à Contis, vue du phare

Posté par Wehrmacht64 à 14:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Contis Ba 03 (dit: "la jumelle de Ba 01")

La position Ba03 rattachée à Contis se situe pour sa part à l’autre extrémité du village, sur la plage Sud dite « des Pelindres ». Elle est bien connue des locaux, principalement pour son accès surnommé « la piste des Allemands ».

Éléments structurels de la position Ba03 :

  • 1 bunker de typologie Regelbau 612 orienté Sud.
  • 1 canon 75mm F.K. 38.
  • 1 puits de captation d’eau potable.
  • 1 abri bétonné en fondation et couvert de tôle métro pour le forage.
  • 1 abri bétonné en fondation et couvert de tôle métro pour la citerne d’eau.
  • 1 citerne d’eau potable de 1700L modèle Trink-Wasser raccordée au forage.
  • 1 pompe à eau.
  • 1 passerelle d’accès piétonne chevauchant le courant de Contis.
  • 1 piste militaire bétonnée en 3 sections + 1 section de piste dunaire.

Bunker R612:

ba03 R612

Dates importantes de la chute du Regelbau 612 Ba03 :

  • 1943 (hiver) : le courant creuse progressivement une grande boucle en direction du village de Contis, menaçant les premières maisons de la rive Nord (actuelle baie du courant)
  • 1944 (août) : départ précipité des troupes allemandes, la digue Sud n’est plus entretenue pour protéger le bunker
  • 1945 (juillet) : « la grande boucle  » du courant de Contis s’agrandit.
  • 1945 à 1947 (mai) : le bunker est sur sa position d’origine en haut de dune
  • 1948-1949 (hiver) : rupture totale de la digue Sud du courant de Contis
  • 1949 – 1953 : le courant « mange la dune » Sud
  • 1951 – 1953 : le bunker chute par l’Est dans la rivière, jusqu’au lit de la rivière
  • 1955-1959 : le courant redevient « canalisé », la plage se reforme par dessus le bunker positionné au fond de l’ancien lit de la rivière.

Bunker R612 Ba 03

L’accès à cette position s’effectuait de deux manières :

  • soit par le Pont-Rose en empruntant la voie militaire Ba03
  • soit en traversant le courant par une passerelle piétonne à laquelle on accédait via l’actuelle rue du Courlis et rue de la Jetée.

Piste Allemande  Au pont rose, commune de Lit-et-Mixe, la voie militaire tournait immédiatement à droite – début de section 01:

Piste Allemande Au pont rose, commune de Lit-et-Mixe, la voie militaire tournait immédiatement à droite – début de section 01

La passerelle piétonne Ba02/Ba03 sur le courant de Contis:

passerelle4

La passerelle piétonne permettant l’accès à la position Ba03 est rapidement détruite au début des années 50, elle aussi mangée à la fois par l’érosion marine et fluviale.

Construite par l’organisation Todt, adossée à l’aval de la première passerelle (nommée localement l’Ancienne Passerelle), l’ossature de ces deux structures servira plus tard à créer la digue Est de la baie du courant de Contis.

On accédait en 1943 à cette passerelle par la rue du Courlis puis la rue de la Jetée, qui étaient elles aussi totalement bétonnées, comme la voie militaire Ba03. Plus tard, le goudronnage se fera par dessus la voie militaire, avec toutefois le comblement d’un dénivelé important au niveau du 66 de la rue du Courlis.

La « piste des Allemands »

Avant même d’arriver à la plage Sud des Pelindres, position codée Ba03, l’accès se fait exclusivement par ce qui est appelé localement « la piste des Allemands ».

Il s’agit d’une voie bétonnée qui, au delà de son aspect très commun révèle de nombreux détails.

La piste Allemande bétonné:

ba03pi10 piste des allemands

Années 50 : la rue de la Jetée à Contis dans son état d’après guerre, toujours bétonnée:

Piste Allemande toujours bétonnée dans les années 50

Cette voie militaire construite fin 1942 permettait l’approvisionnement de la position Ba03 en matériel de construction puis plus tard en munitions. Entièrement bétonnée, elle ne possède toutefois pas d’armature métallique comme les bunkers.

Cette voie militaire se compose de 4 sections et 4 plateformes de croisement :

  • Section 1 (violet) : du Pont-Rose au carrefour des Gourbets.
  • Section 2 (vert) : du carrefour des Gourbets à l’actuelle piste visible (début ONF).
  • Section 3 (jaune) : l’actuelle piste.
  • Section 4 (bleu) : un chemin de dune non bétonné.
  • Secteur de croisement 1 : aux environs du 114 allée du contour.
  • Secteur de croisement 2 : carrefour des Gourbets.
  • Secteur de croisement 3 : Entrée Sud de la voie actuellement visible (5).
  • Secteur de croisement 4 : Nord de la ligne droite de la voie visible (5).

Tracé comparatif 1950 à 2016 de la voie militaire Ba03

Trace de chaussure de l’armée allemande – voie Ba03:

Trace de chaussure de l’armée allemande – voie Ba03

Source: http://www.contisplage.com/les-secrets-de-latlantikwall-a-contis/

Posté par Wehrmacht64 à 14:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Contis Ba 02 (Dit "La forteresse")

La position Ba02, située sur la dune principale de Contis est le cœur du commandement de l’ensemble des fortifications du mur de l’Atlantique à Contis. Outre une vigie excentrée (FluWa) située sur le phare de Contis, elle comporte la plus forte densité de fortifications de l’ensemble des positions en bord de plage de Contis.C’est au milieu de cette ligne dunaire urbanisée que l’organisation Todt décide d’implanter le cœur de la machine militaire pour Contis.

Dates importantes de la Ba02 :

1942 : ordre de Rommel de conserver un maximum de maisons en haut de dune : « chaque bombe tombée sur une maison ne tombera pas sur un bunker ».

1944 : Placement de mines sur le Pont -Rose à Contis.

1944 (mai) : confirmation d’un champ de mines de 400m de long ( Est de Ba02, boulevard de la plage) par un espion de la DGSS.

1945 (30 juin) : mission Française de déminage à Contis (Capitaine Molinier).

espionnage

Toutefois, en août 1944, l’armée allemande fait sauter l’ensemble des tranchées permettant l’accès à certains bunkers pour les condamner. En 1946, les relevés réalisés par l’armée française ne permettront pas d’y entrer, certaines structures sont donc vraisemblablement dans un état figé depuis 1944.

La position Ba02 s’organise en quatre points principaux :

  • Un bunker R612 destiné aux tirs vers le sud.
  • Un bunker P.O. commandant 4 obusiers.
  • Un bunker sous-terrain R655 destiné aux troupes et munitions.
  • Un bunker R665 sous-terrain destiné au commandement.
  • Une maison transformée en poste de commandement de surface.

Éléments structurels de la position Ba02 :

  • 1 vigie en haut du phare de Contis.
  • 1 bunker de typologie Regelbau 612 orienté Sud-Ouest.
  • 1 bunker sous-terrain de typologie Regelbau 655 avec forage d’eau intérieur (20m).
  • 1 bunker sous-terrain de typologie Regelbau 665 avec citerne d’eau adjacente.
  • 1 quartier général de surface, en tandem avec le bunker 665.
  • 1 petit bunker « garage de plage ».
  • 3 petits bunkers pour mitrailleuses Tobruck Vf58c + mitrailleuses.
  • 1 canon 75mm F.K.231(f) sur plateforme fortifiée.
  • 1 canon 75mm F.K. 38.
  • 1 piste béton d’accès à un pas de tir.
  • 1 plateforme de tir fortifiée en encuvement.
  • 1 bunker poste d’observation.
  • Un abri tôles-métro et sa citerne trink-wasser de 1700l.
  • Un réseau de canalisations d’eau et de communication électrique entre les fortifications.
  • 1 champ de mines de 400m allant du courant à l’ancienne Chapelle de Contis.

96

bunker R612 – Ba02 Contis :

R612-Ba 02

Un Gliederung de l’armée allemande:

pincson-7de l'armée Allemande

La vigie du phare :

Position dominante de Contis, le phare est utilisé dès 1942 comme vigie. Directement relié au poste de commande de Ba02, il surveille l’ensemble de la côte allant de Lespecier au Cap-de-l’Homy et n’est allumé que ponctuellement.

Lors de la libération, il fut ordonné aux soldats de dynamiter le phare. Pour une raison non précisée, les ordres ne furent exécutés, et seule la coupole fut dynamitée. L’ancienne coupole du phare qui ressemblait trait pour trait à celle du phare de Cape Hatteras (jumeau du phare de Contis de catégorie Barber-Pole situé en Caroline du Nord, États-Unis) fut alors remplacée en juillet 1949 par la coupole actuelle, une nouvelle lanterne y sera installée entre le 18 et le 26 août 1949.

1949 – vue aérienne de la plage et de la position Ba02

Phare de Contis Ba 02

L’ensemble de ces éléments nous permettent de proposer une carte théorique des emplacements et un plan de répartition des principaux bunkers évoqués sur Ba02 que nous pouvons comparer aux données recueillies par l’armée française en 1946.

L’impossibilité d’accès des structures R655 et surtout R665 en 1946 laisse, comme évoqué plus haut, supposer un bunker de commandement dans un état « figé » depuis août 1944, date à laquelle les tranchées ont été détruites.

Ba 02 vue d'ensemblejpg

Source: http://www.contisplage.com/les-secrets-de-latlantikwall-a-contis/

Posté par Wehrmacht64 à 12:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Contis Ba 01

Contis possède la particularité de marquer le début du segment Basque du Mur de l’Atlantique, dernier segment de côte fortifiée avant la frontière espagnole.

Ainsi, la toute première fortification Basque du Mur de l’Atlantique est le bunker Nord de Contis codé Ba01 (Ba pour Bayonne, 01 pour première position la plus au Nord). Cette position possède un seul bunker (de type R612).

Trois principales positions codées sont sur Contis :

  • la position Ba01 : correspond au bunker le plus au Nord de Contis.
  • la position Ba02 : correspond au centre du village de Contis.
  • la position Ba 03 : correspond à la plage Sud « Pelindres » située au Sud du courant.

Neuf positions secondaires seront créées entre 1942 et 1944.

  • Une position secondaire, déclinaison de Ba01 est créée au Nord du village, elle est immatriculée Ba01a.
  • Six positions secondaires sont créées en direction du Cap-de-l’Homy, immatriculées de Ba03a à Ba03f.
  • Une position excentrée englobant le phare de Contis est rattachées à Ba02.
  • Une position excentrée au quartier de La Lette nommée Ar260 (Ar. pour la zone Arcachon mais rattachée à Ba02).

La position codée Ba01 se situe au Nord de la plage de Contis. Le bunker principal de cette position reste aujourd’hui le plus visible de l’ensemble des positions fortifiées de Contis.

Ce bunker est une casemate de flanquement. Positionné parallèlement à la plage, la fenêtre de tir est protégée par un mur de flanquement des éventuels bombardements venant de la mer. Il bat la plage en direction de Lespecier. Ce bunker était équipé en 1944 d’un canon 7,5cm F.K. 38 du fabricant Krupp.

En arrière de la dune, une petite fortification de type « Tobruck », utilisée par un seul homme et une mitrailleuse protège l’arrière du bunker vers l’Est. Cette dernière est aujourd’hui totalement ensevelie.

Éléments structurels de la position Ba01 :

  • 1 bunker de typologie Regelbau 612 orienté Nord.
  • 1 tobruck + mitrailleuse.
  • 1 canon 75mm F.K. 38.
  • 1 puits de captation d’eau potable (20m).
  • 1 abri bétonné en fondation et couvert de tôle métro pour le forage.
  • 1 abri bétonné en fondation et couvert de tôle métro pour la citerne d’eau.
  • 1 citerne d’eau potable de 1700L modèle Trink-Wasser.
  • 1 pompe à eau.

ba01-R612

Source: http://www.contisplage.com/les-secrets-de-latlantikwall-a-contis/

 

Posté par Wehrmacht64 à 12:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les secrets de l’Atlantikwall à Contis

La plage de Contis possède ses propres structures fortifiées, jamais étudiées, peu connues, et couvertes du « secret militaire » pour certaines. Mais toutes révèlent une nouvelle fois la singularité de Contis, véritable pont entre Born et Marensin.

Dates importantes :

1940 : classement de la zone côtière des Landes en « zone interdite ».

1942 (juillet) : Toutes les localités des Landes où se trouve une garnison sont organisées pour la défense rapprochée.

1942 (février) : démolition de certaines maisons à Contis.

1942 (décembre) : début de démolition de maison en haut de dune de Contis.

1943 : L’organisation Todt supervise la construction des lignes de défense sur la Côte Landaise.

1944 (janvier) : mission d’espionnage de la DGSS à Contis.

1944 (mai) : confirmation d’un champ de mine de 400 mètres de long à Contis.

1944 (mai) : A Contis, le Pont-Rose est piégé et miné dans les deux sens.

1944 (août) : les troupes allemandes quittent précipitamment Contis.

1944 (août) : les troupes allemandes quittent précipitamment Contis.

1945 (30 juin) : mission de déminage à Contis :Colonel Sicard & Capitaine Molinier.

1995 : Découverte à Contis du bunker R655-Ba02 en haut de dune.

2001 (décembre) découverte d’un canon Poutilov Russe au nord du 360 bd de la plage à Contis.

2014 (mars) : l’érosion fait apparaitre une plateforme de tir Flak 88mm au nord de la plage de Contis.

 

La partie du Mur de l’Atlantique située à Contis appartient ainsi à :

  • AOK1 (Zone de la Loire à la frontière franco-espagnole)
  • Küstenverteidigungsabschnitt : F
  • K.V. Unterabschnitt : Süd
  • K.V. Gruppe : Soustons

Chaque point géographique de fortification possède un code d’identification, sorte d’immatriculation, composé de lettres et de chiffres.

zonage

Source: http://www.contisplage.com/les-secrets-de-latlantikwall-a-contis/

Posté par Wehrmacht64 à 12:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janvier 2017

La batterie de la Barre (BA29)

La batterie relouké en 2017

IMG_1070

IMG_1071

IMG_1072

IMG_1073

Posté par Wehrmacht64 à 20:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mai 2015

Position Ba133

H617 (PC Transmissions) et l'abri 02 avec citerne en sous-sol qui ait situé à Bayonne Montégut/Chateau Le Bridon.

20141110

20141111

20141112

20141113

Posté par Wehrmacht64 à 12:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 août 2014

Mémorial de la Seconde Guerre Mondiale à Bidart

Le Mémorial est érigé en front de mer, en bordure du sentier du littoral. Il renvoie à diverses séquences de la Seconde guerre mondiale qui ont marqué le Pays basque : présence d'une communauté de réfugiés basquesd'Espagne, occupation, zone interdite, évasions par le port de Saint-Jean-de-Luz et par la frontière espagnole, captivité de troupes coloniales, bombardement de Biarritz, édification des
fortifications du Mur de l'Atlantique, faits de Résistance, répression, déportations et persécutions.

Memorial

Memorial-1

memorial2

memorial3

Posté par Wehrmacht64 à 21:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 juillet 2014

Un obus a été découvert sur la plage Pavillon royal, à Bidart.

Ce mercredi, avant midi, un obus a été découvert plage Pavillon royal à Bidart.

C'est un promeneur qui a fait le signalement aux Maîtres nageurs sauveteurs. Ils ont appelé la police municipale et les pompiers qui ont établi un périmètre de sécurité afin que la Sécurité civile puisse procéder à son extraction sans risques.

L'obus allemand, datant de la Seconde Guerre mondiale, n'était pas désamorcé. Il a donc été déplacé dans un laboratoire spécialisé de Pau afin d'être mis hors d'état de nuire. 

ce-mercredi-avant-midi-un-obus-a-ete-decouvert-plage_1961124_800x400

Posté par Wehrmacht64 à 17:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juillet 2014

Un appel aux habitants est lancé

Des témoignages sont recherchés sur la vie dans les Basses-Pyrénées pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il y a eu la Résistance, la ligne de démarcation, le camp de Gurs. Mais, contrairement à ce que l'on peut penser, les récits, traces et témoignages que l'on a recueillis sur la manière dont la Seconde Guerre mondiale a été vécue dans les Pyrénées-Atlantiques ne sont pas si nombreux que cela.

« Alors que le public manifeste un intérêt croissant pour cette période, le sujet demeure largement méconnu », estime Claude Laharie.

Celui-ci préside une association d'anciens enseignants passionnés par les années sombres qu'a traversées, entre 1939 et 1945, ce département qui avait alors pour nom les Basses-Pyrénées.

« Un livre, publié voici une quinzaine d'années, fait référence. Il a été écrit par Louis Poullenot et édité chez Atlantica. Mais, en dépit de sa grande qualité, il ne dit pas tout. Beaucoup de questions demeurent sans réponse. Il en va de même sur Internet, qui est un média de plus en plus utilisé. »

Pour résoudre le problème, un vaste projet est aujourd'hui lancé. Il consiste à faire l'inventaire de tout ce que l'on possède déjà sur cette période.

Ci-dessous des civils et des militaires s'embarquant pour l'Angleterre à Saint-Jean-de-Luz le 20 juin 1940, après l'appel du général de Gaulle. Photo archives « sud OUEST »

400370_16644230_460x306

Dans le même esprit, toutes les personnes qui disposent de textes, de documents ou de témoignages sont invitées à entrer en contact avec l'Office national des anciens combattants, qui est basé à Pau (1).

« Cela peut être très varié. Ce qui nous manque le plus, ce sont des témoignages d'anonymes. Des gens qui ont connu la vie quotidienne pendant la guerre, sous tous ses aspects. Y compris les privations, le marché noir, etc. »

« D'autres sujets sont peu ou mal maîtrisés, comme les prisonniers de guerre, les évadés de France, l'opinion publique, la presse, le mur de l'Atlantique, les réquisitions, la spoliation des biens des juifs, les passages vers l'Espagne, le Service du travail obligatoire », expliquent les responsables de cette enquête, qui sera menée sur au moins quatre ans.

Celle-ci devrait déboucher sur la création d'un site Internet, mais également sur des publications, des conférences, des rencontres et colloques.

Le travail a débuté. Parmi les chercheurs, on trouve les membres de l'association Les Basses-Pyrénées dans la Seconde Guerre mondiale, tout comme des professeurs de l'université de Pau et des Pays de l'Adour ou encore le Conseil général, par le biais des Archives départementales et de son antenne bayonnaise.

Toute association culturelle ou patrimoniale intéressée a également été conviée à se joindre à cette démarche. Ce qui est déjà le cas du musée de la Résistance et de la Déportation de Pau et de l'Udac 64. « Un travail sera également mené sur les lieux de mémoire. »

Aucun sujet n'est tabou : « Autant ce type de recherche aurait pu poser problème voici une trentaine d'années, autant l'heure de l'histoire est maintenant arrivée. »

(1) Courrier à adresser à Les Basses-Pyrénées dans la Seconde Guerre mondiale, Onac, 3, avenue Dufau, 64000 Pau. E-mail : jean-françois.vergez@onacvg.fr Téléphone (le jeudi matin) au 05 59 02 22 44.

Posté par Wehrmacht64 à 18:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]